Skip to Content

Block Magazine

La créativité a sa place
Printemps/Été 2021
Numéro 22

Les murs du son

En deux temps, trois mouvements, l’édifice RCA a empli de musique les salons de ce monde.

PAR: Sydney Loney

 

Haut: Image offerte par Allied REIT; Bas Image offerte par Montreal Archives / Archives de Montréal

En passant devant le 1001, rue Lenoir à Montréal, on entend parfois l’air entraînant d’un fox-trot aux accents grinçants d’une autre époque, s’échapper des murs de brique de l’édifice RCA. Rien de plus normal puisqu’il abrite le Musée des ondes Emile Berliner et sa belle collection de gramophones, tourne-disques et postes de radio. C’est à cet emplacement même que le célèbre inventeur du gramophone, breveté en 1888 à Washington, avait décidé d’installer sa fabrique de disques, l’une des usines les plus modernes de la ville dans les années 1920. Arrivé à Montréal en 1900, il en avait vendu plus de deux millions l’année suivante.

En 1924, la Berliner Gramophone Company est rachetée par la Victor Talking Machine Company, qui deviendra la RCA Victor. Elle agrandit l’usine en 1943, lui ajoutant un studio d’enregistrement à panneaux de bois. Réputé pour son acoustique, il attire de grands noms, comme George Martin, le producteur des Beatles, Sinéad O’Connor et Oscar Peterson. L’entreprise se lance dans les postes de radio et de télévision et, dans les années 1960, fabrique Alouette 1, le premier satellite canadien. L’édifice RCA, propriété d’Allied depuis 2019, continue de mettre à l’honneur l’art et l’innovation grâce à ses locataires : restaurateurs d’oeuvres d’art, marché créatif SOUK, festival Bach Montréal et le musée Emile Berliner, témoin de l’histoire de la musique enregistrée.

Partager cet article

Articles Similaires