Skip to Content

Block Magazine

La créativité a sa place
Printemps/Été 2021
Numéro 22

Fusion réussie

Les poêles de la fonderie Gurney ont chauffé la révolution industrielle torontoise.

PAR: Sydney Loney

 

Haut: Image offerte par Peel’s Prairie Provinces, a digital initiative of the University of Alberta Libraries, Bas: Photo par Derek Shapton

En 1843, les frères Edward et Charles Gurney ouvrent une petite fabrique de poêles en fonte à Hamilton, en Ontario. Ils ont deux employés, qui en produisent deux par jour. En 1872, les affaires allant bon train, ils achètent plusieurs terrains à Toronto, le long du chemin boueux qu’est la rue King West à l’époque. Ils y installent une fonderie de 4 étages et embauchent des centaines d’ouvriers pour fabriquer leurs cuisinières (devenues célèbres) et des chaudières à eau chaude notamment, qu’ils livrent dans toute la province. Aujourd’hui, les poêles Gurney sont des pièces de collection et certains immeubles de la ville sont encore chauffés par une Gurney.

À son ouverture, la fonderie en met plein la vue : façade victorienne rouge brique, fenêtres soulignées d’élégants motifs jaunes en brique émaillée et pilastres décoratifs. Quand Allied rachète le bâtiment en 2000, il doit le restaurer entièrement : les plaques de tôle qui masquent ses atouts architecturaux sont retirées, les corniches sont remplacées par une bordure métallique et les planchers en chêne ainsi que les poutres en pin local sont mis en valeur. L’édifice, qui accueille aujourd’hui des agences de marketing, des entreprises de médias numériques et des détaillants réputés, comme Patagonia et eBay Canada, a gardé toute sa flamme : la même énergie et le même avant-gardisme qui ont fait de lui une vedette de la révolution industrielle il y a deux siècles.

Partager cet article

Articles Similaires